mercredi 25 février 2009

Nandou

Une envie de printemps ? Et… juste comme ça, un nandou est un oiseau… mine de rien, avec ce défi du tout en N, j'apprends des mots !

9 commentaires:

  1. Et on en apprend par la même occasion :D Il est vraiment mimi ce Nandou

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens d'avoir aussi appris plein de noms d'animaux et de plantes, dans le début du Rosier de Julia. Juste pour la beauté des sons et de l'invitation au voyage :

    "Il y avait la tonnelle, dans le fond du jardin, couverte d’Aristoloches, dont les longs tubes jaunes accueillaient moult colonies d’insecte. Un peu plus loin, des bouquets de Bourraches, étonnamment velues, poussaient à la va comme je te pousse, au milieu d’un tas de vieilles briques rouges, qui n’avaient pas bougé, semble-t-il, depuis des décennies, accueillant par ailleurs quelques fiers Cardères, dont les têtes ébouriffées vous regardaient d’un peu haut. En remontant le petit chemin qui longeait le mur de pierre, délimitant le domaine, on croisait des forêts miniatures de Dactyles, dont les petites mains s’entrechoquaient au moindre souffle d’air. Beaucoup plus haut dans le ciel, un vieil Erable tendait vers Julia ses branches tordues, dispersant à chaque octobre ses samares virevoltantes dans les vents colorés de l’automne, disputant aux Fougères la médaille du maquillage. En revenant vers le centre du jardin, c’était le si fameux massif de Gardénias, si chère à Jeanne, et centre de toutes les attentions du monde. Son parfum, venu de par delà les mers et les montagnes, embaumait les soirs d’été, à la nuit tombée, comme un rêve sucré, dont personne n’aurait su se lasser. Pour prolonger cette touche d’exotisme, Jeanne y avait planté juste à côté un jeune Henné, aux branches délicates, dont les petites fleurs blanches ébouriffées amusaient Julia, sans qu’elle eut su dire exactement pourquoi. Au pied de l’arbre, une famille d’Iris recomposée, moitié cultivée, moitié sauvage, étalait ses rhizomes sans aucun complexe. A quelques mètres, trois Jojobas, dont les graines avaient été apportées par un prêtre mexicain passant par hasard dans ce petit village du gersois, avaient grandi, plein de force et de vigueur, faisant la fierté de Jeanne. A côté, un Kolatier déployait ses feuilles sombres et inquiétantes, dont Julia prenait bien garde de s’éloigner, comme d’ailleurs de la haie de Lauriers-roses, dont elle savait ne pouvoir qu’admirer les mélanges de fleurs jaunes, roses et blanches, informée dès son plus jeune âge de haute toxicité de ces arbustes, pourtant si beaux. Elle marchait donc plus sereine le long des Marguerites, les cueillant au hasard pour les effeuiller, il m’aime, un peu, beaucoup, puis s’asseyait pensive, au bord du petit étang. Elle admirait les Nymphéas, aux corolles de porcelaines, roulant machinalement dans ses doigts quelque épi d’Ophioglosse, trouvé là par hasard, au milieu de la Pelouse. Quelques mètres lui suffisaient ensuite pour s’allonger sous l’imposant Quinquina, à l’écorce magique, qu’il lui plaisait de caresser, pour le bon soin de petites maladies imaginaires. Des Saponaires roses, aux fleurs légères et délicates, ornaient d’autres coins du jardin. Des Théiers, enfin, dont certains s’épanouissaient à plus de vingt mètre de hauteur, donnaient à l’ensemble quelques touches de Chine. Puis, tout à fait à l’opposé, dans un coin d’ombre, une minuscule rivière se couvrait des drôles de fleurs jaunes d’Utriculaires. Julia, revenant vers la maison, pouvait ramener quelques branches de Verveine, pour l’infusion du soir. Sur la terrasse, plein sud, un très rare Welwitschia, qui avait quitté son désert du sud-ouest-africain, exposait son tronc massif, aux feuilles Xerophiles, comme le trésor d’un musée. Enfin, devant les fenêtres du salon, quelques Yuccas d’ornement, disputaient aux Zinnias le soin de poser au décor une joyeuse touche finale."

    RépondreSupprimer
  3. Lise et Poome : Merci pour mon nandou ! Dis donc… il en rougi !

    Une page par jour : Waouh… que c'est joli… je suis sous le charme de ce joli texte ! Et pour anecdote… 2 semaines après avoir illustré Le Rosier de Julia, je suis devenu tata d'une petite… Julia ! Quelle coïncidence !

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire ton commentaire sur Une page par Jour! Hé bé! que de coïncidences!!!!
    Et toutes mes félicitations aux heureux parents et à la petite Julia!

    RépondreSupprimer
  5. Bien jolie bannière madame !
    Merci pour ton commentaire sur mon blog !
    :)

    RépondreSupprimer
  6. Le Nandou de Nanou quel joli nom d'oiseau ;-)
    Et quelle coïncidence étrange... Julia par ci et voilà Julia.

    RépondreSupprimer